Le terrarium en bocal

Les terrariums sont très en vogue depuis quelques temps pour mettre du vert dans nos appartements. Et pour cause.

Les terrariums ne requièrent que très peu d’entretien. Dans le cas d’un terrarium fermé et hermétique (je ne parlerai que de ce cas dans cet article), il n’y a -presque- aucun échange entre l’extérieur et l’intérieur du terrarium. Il ne perd donc quasiment pas d’eau. Seules les ouvertures régulières, qui permettent d’éviter la pourriture, entraînent une perte d’eau.

En termes d’entretien, on se limitera donc à une aération hebdomadaire (voire moins), et à l’ajout de quelques gouttes d’eau lorsque le besoin se fera sentir.

Voici comment j’ai réalisé un petit terrarium sans prétention, pour moins de 3€. Il est composé de mousse de forêt, d’un fittonia et d’un callisia.

Matériel

Un bocal avec couvercle (acheté pour ma part chez Leclerc, pour 2,5€)

Des billes d’argile ou des gravillons décoratifs

Du terreau (assez léger)

Une ou deux plantes

De la mousse

Le choix du bocal

Inutile pour cette étape de se creuser les méninges. Une petite visite dans un supermarché suffira. Voici par exemple le choix proposé chez Leclerc :

Pour quelques euros, on trouve des bocaux de toutes tailles parfaits pour réaliser un terrarium.

Astuce

Si le bocal comporte une illustration imprimée sur le verre, il est possible de la retirer très facilement. Trempez la partie imprimée dans du vinaigre blanc pendant une heure. Puis un coup de nettoyage avec le vert de l’éponge, le bocal retrouvera sa transparence.

Le choix des végétaux

Dans un terrarium fermé, le choix des végétaux est très important. Il faut que ces derniers apprécient l’humidité.

On pourra par exemple choisir des fittonias, certaines variétés de misères (tradescantia et/ou callisia), des fougères, des plantes carnivores ou encore certains ficus. Sans oublier les mousses, qui se plaisent tout particulièrement dans les terrariums. En plus, elles tapissent parfaitement le fond du bocal.

Astuces

Pour les plantes, vous pouvez sans problème utiliser des boutures et les planter directement dans le terrarium. Avec son humidité, vous réaliserez ainsi ce que l’on appelle une « bouture à chaud » ou à l’étouffée. Vous recherchez des boutures ou plantes pour votre terrarium ? Faites un tour ici.

Pour la mousse, allez tout simplement faire un tour en forêt. On trouve de très belles mousses sur les arbres morts et sur certains amas de terre ou rochers. Pensez simplement à nettoyer la mousse de ce qui pourrait être accroché dans ses racines, dans son feuillage, et les éventuels lierres et autres insectes.

Le tuto !

Vous avez tout le matériel ? Le plus dur est fait !

Au fond de votre bocal, disposez quelques centimètres de billes d’argile ou de gravillons. Cela permet de drainer le fond du bocal, de visualiser la quantité d’eau et d’en éviter tout excès.

Par dessus, ajoutez environ 5cm d’un terreau assez léger. S’il est trop riche (=lourd), vous pouvez l’alléger en y mélangeant du sable ou de la perlite.

Pour déterminer le positionnement des végétaux, un petit croquis à main levée peut vous aider à visualiser le résultat.

Tassez très légèrement le terreau. Disposez le morceau de mousse.

A l’aide d’un bâton, préparez un petit trou pour chaque végétal à planter. Une fois ces derniers en place, tassez légèrement la terre autour.

Quand la disposition vous convient, arrosez tout doucement, et uniformément, la terre. Dès que de l’eau apparaît au niveau du fond du bocal, stoppez l’apport d’eau.

Il ne vous reste plus qu’à nettoyer les parois intérieures du terrarium, et à la fermer.

Positionnement et entretien du terrarium

Évitez de le positionner en plein soleil, car la température à l’intérieur deviendrait vite trop élevée. A l’inverse, évitez aussi les coins trop sombres.

L’idéal étant donc un endroit clair et lumineux, mais sans soleil direct.

Pour l’entretien du terrarium, je conseille de le ventiler quelques minutes chaque semaine. Aucune pourriture ne devrait ainsi apparaître. Tous les mois environ, ajoutez un tout petit peu d’eau ; l’équivalent d’une cuillère à soupe.

Pour savoir si un terrarium fermé manque d’eau, il faut savoir l’observer. Quand il fait chaud, ses parois se recouvrent de buée. C’est normal. Il faut guetter l’absence de buée, synonyme de manque d’eau. Il faut aussi savoir le sentir. A l’ouverture, on doit sentir une odeur d’humidité, similaire à l’odeur d’une forêt. Attention à une éventuelle odeur de champignon, qui serait témoin de moisissure. Si après une semaine fermé votre terrarium ne sent pas l’humidité, il est temps de l’arroser.